Bricoman, Free : les nouvelles figures de la formation professionnelle ?

les formations numériques

Publié le : 03 janvier 20193 mins de lecture

Après l’école 42 de Free, l’enseigne Bricoman lance elle aussi un centre de formation professionnelle. Bien que chacune de ces enseignes présentent des motivations distinctes pour ces projets, la volonté de former elles-mêmes leurs futurs employés prime.

L’école 42, les formations numériques à portée de tous

Xaviel Niel, PDG et créateur de Free a dévoilé en mars dernier, l’ouverture de lécole 42 pour la formation numérique. Le principe repose sur la possibilité d’accéder à un cursus de formation, non pas sur la base de connaissances ou de diplômes pré-requis, mais sur la créativité et le talent des candidats.

Ainsi 1000 élèves devraient être accueillis dans le centre de formation high-tech de Free. Financé pour 10 ans par une fondation à but non-lucratif créé par l’opérateur, l’école propose un cursus gratuit aux élèves. Accessible aux candidats âgés entre 18 et 30 ans, avec ou sans bac, ces formations révolutionnent le domaine de l’ingénerie informatique par son ouverture.

Former les employés de demain

Dans le cas de la société de bricolage Bricoman, ce ne sont pas les postes qui manquent mais les personnes qualifiées pour les occuper. «Nous ne trouvons pas forcément sur le marché toutes les formations qui correspondent à nos demandes» affirme la directrice des ressources humaines de l’enseigne.

En partenariat avec une école de commerce et le CFA de BTP de Roubaix, la première promotion de Bricoman devrait ouvrir ses portes en septembre prochain et compter 20 élèves. Un CDI en contrat professionnel engagera les futurs conseillers de vente sur une durée d’un an, dont 37 semaines en entreprise.Il est probable que le centre ouvre des formations concernant divers métiers présents dans l’entreprise, en fonction des besoins en recrutement.

Samsung, un système accompli

Que ce soit dans le cas de Free ou de Bricoman, la volonté de former soi-même ses employés, de tester leurs compétences et leur fidélité à l’entreprise sur la durée est une des raisons principales de l’existence de ce type de structure.

Le cas Samsung est plus particulier. La marque a tout bonnement créé des villes en offrant tout le confort à ses employés. Hôpitaux, écoles, commerces, tout est à la portée des ingénieurs et des techniciens pour qu’ils ne quittent pas l’entreprise. Une sorte de retour au paternalisme du siècle dernier.

Un numéro du magazine «Un œil sur la planète» a décrypté le système sud coréen.

Pour plus d’informations sur la formation professionnelle, consultez le site ceservices.fr/.

Plan du site